27/10/2014

[Blog] My Télé is rich! fête ses cinq ans (et tente le cap de la saison 6)

 blog-my-tele-is-rich-fete-deux-ans-L-qu6rjG.jpeg
"Une fête ?... Un blog-anniversaire !"

 
Chaque 27 octobre, il est de tradition de faire souffler une bougie supplémentaire à My Télé is rich!. Créé en 2009, le blog enregistre aujourd'hui un anniversaire symbolique : celui des cinq ans. L'année dernière, j'annonçais un futur en pointillés ; cette cinquième année a en effet été la plus compliquée à boucler. De hiatus en pauses, les publications ont connu bien des aléas. La fatigue, une forme de lassitude et une activité professionnelle très envahissante sont autant de facteurs qui expliquent l'irrégularité qui l'aura caractérisée. J'avoue avoir passé tout l'été à réfléchir et à envisager de refermer définitivement le chapitre My Télé is rich!, pour transporter ma plume vers un autre lieu collaboratif où le rythme ne dépendrait pas que de mes écrits. Finalement la rentrée de septembre a permis un nouveau déclic. Regardant moins de séries, ayant moins de temps à leur consacrer, il faut faire le deuil du rythme des premières années ; mais le blog peut fonctionner sur un minimum d'un billet hebdomadaire.

TheCodePaysage6_zpsa08b48f3.jpg

Résultat de tout cela, c'est une année un peu en demi-teinte qui se clôture. Ainsi, parce qu'elles sont mal tombées, durant des périodes de hiatus, je n'ai pas eu l'occasion d'écrire tout le bien que j'ai pensé de Happy Valley ou de The Honourable Woman (ça viendra peut-être). Côté scandinave, je n'ai toujours pas pris le temps de dresser le bilan de la danoise Arvingerne (The Legacy), de la suédoise Thicker Than Water ou de la norvégienne Mammon. De plus, ma consommation télévisuelle ayant décru, j'ai moins pu me consacrer à des découvertes plus lointaines : cela a notamment pesé sur les séries asiatiques que j'ai délaissées (les k-dramas sont devenus trop longs pour que je puisse tenter d'en suivre en direct). J'abandonne pour elles le travail de pré-sélection à d'autres. Malgré tout, en un an, ce sont finalement 30 séries qui ont été traitées sur le blog, couvrant 12 pays différents.

Histoire de poursuivre une tradition désormais ancrée, j'ai donc rempli une colonne supplémentaire au tableau-bilan que je propose chaque année. Mine de rien, un nouveau pays a fait son entrée... la Belgique. Ce qui porte à 30 le nombre de pays dans lesquels My Télé is rich! a posé ses valises.

 Nombre de séries traitées (par pays et par année)

Pays 1re an. 2e an. 3e an. 4e an. 5e an.
États-Unis 31 24 24 6 4
France 2 3 7 6 1
Royaume-Uni 56 37 35 32 11
Européennes Autres 1 9 20 16 3
_ Allemagne / 1 1 / /
_ Belgique / / / / 1
_ Danemark / 4 4 3 1
_ Espagne / / 1 / /
_ Estonie / / 1 / 1
_ Irlande / 1 / 1 /
_ Islande / 2 4 1 /
_ Italie 1 / 2 / /
_ Norvège / / 2 3 /
_ Pays-Bas / / 1 / /
_ Portugal / 1 / / /
_ République Tchèque / / / 1 /
_ Suède / / 3 6 1
_ Suisse / / 1 1 /
Australie 4 4 4 4 3
Canada 2 2 2 2 /
_ Québec / / 1 1 /
Israël / / 2 2 /
Nouvelle-Zélande 1 2 / / /
Russie / / 1 1 1
Asie 48 47 47 41 6
_ Corée du Sud 37 30 23 21 2
_ Chine (Rép. Pop.) 1 / / / /
_ Hong Kong / 1 / / /
_ Japon 10 14 24 20 4
_ Taïwan / 2 / / /
Afrique / / / 1 /
_ Afrique du Sud / / / 1 /
Amérique Latine / / / 3 1
_ Brésil / / / 2 1
_ Chili / / / 1 /
Pays vus par année 9 13 19 19 12
Pays vus au total 9 17 25 29 30

L'année a certes été clairsemée, mais les bons souvenirs ne manquent pas. S'il fallait retenir un pays dans mes inclinations du moment, en dehors de l'Angleterre (qui occupera toujours une place à part), c'est l'Australie qui se démarquerait. De The Gods of Wheat Street à The Code, en passant par Devil's Playground, ou encore les saisons 2 de Redfern Now ou de Please Like Me, la télévision australienne m'a fait voyager. Elle est une des rares pour laquelle ma consommation est restée quasi constante, et cet automne a confirmé la tendance. Par ailleurs, parmi les essais plus expérimentaux marquants, je retiendrai tout particulièrement la découverte soviétique assez fascinante qu'a été Seventeen Moments of Spring en janvier dernier : décidément, les histoires d'espionnage bien faites savent toujours me captiver, d'où qu'elles viennent.

TheCodePaysage4_zps6b2e5f0d.jpg

Et maintenant, quel programme pour la 6e année qui s'ouvre aujourd'hui ? L'objectif va être d'essayer de poursuivre sur le rythme initié depuis septembre d'un billet dominical, en essayant toujours de varier les genres, les formats et les pays abordés. Je n'ai pas non plus perdu ma lubie d'une "sériephilie sans frontières"... Pour autant, les turbulences ne sont pas finies. En plus d'un emploi du temps chargé, j'ai aussi d'autres projets en tête qui vont sans doute m'amener à reléguer les séries un peu plus en arrière-plan, même si j'espère ne jamais laisser filer ce lien avec le petit écran. My Télé is rich! poursuit donc son activité sans engagement autre que ma passion sériephile (laquelle demeure inchangée) et la volonté de partager quelques découvertes intéressantes (parce qu'il est vite frustrant de ne pouvoir exprimer ses vues après tel ou tel visionnage).

Enfin, il me faut conclure sur des remerciements : à vous tous, lecteurs qui êtes toujours présents et lisez ces lignes en dépit d'une année bien compliquée en terme de rythme de publication (merci de votre fidélité et de votre patience) ; à tous ceux qui prennent le temps de laisser une trace de leur passage dans les commentaires, ou partagent les billets sur les réseaux sociaux (en période de doute sur l'avenir du blog, vous constituez autant d'encouragements à poursuivre) ; et enfin à ces quelques sériephiles avec qui j'échange régulièrement sur twitter, par mail ou sur le blog, et qui par leurs recommandations et leurs avis permettent d'enrichir d'autant ce petit espace virtuel consacré aux séries.

My Télé is rich! débute officiellement aujourd'hui sa sixième saison. Merci de l'avoir suivi jusqu'à présent.

Let's party & En avant vers de nouvelles aventures sériephiles !

17:45 Publié dans (Blog) | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bloganniversaire, blog |  Facebook |

26/10/2014

(Mini-série AUS) The Code : un thriller politique, reflet de problématiques contemporaines

thecode_banner_zps90c1bcf4.jpg

Journalistes en quête de vérités, autorités gouvernementales plus ou moins zélées et secrets mal gardés forment invariablement le cocktail explosif parfait à partir duquel construire des thrillers qui s'adaptent très bien au format semi-long offert par les mini-séries. La télévision ne s'y est pas trompée, s'essayant assez régulièrement au genre, avec plus ou moins de réussite, du classique britannique State of Play, justement érigé en modèle, à la récente tentative norvégienne, beaucoup plus mitigée, qu'a été Mammon en début d'année. Dans la droite ligne de ces plus ou moins illustres prédécesseurs, cet automne, c'est le petit écran australien qui a apporté sa pierre à l'édifice avec The Code.

Créée par Shelley Birse, et débutée le 21 septembre dernier sur ABC1, cette mini-série s'est achevée il y a quelques heures en Australie (et hier soir en Angleterre, grâce à la diligence de BBC4) au terme de six épisodes. Portée par un casting solide, au sein duquel le sériephile reconnaîtra notamment Ashley Zukerman (actuellement dans Manhattan, dont je vous parlais il y a quelques semaines), Lucy Lawless (Xena) ou encore un Aden Young (Rectify) sous-employé mais impeccable dans ses quelques scènes, elle s'est révélée efficace à plus d'un titre. L'occasion d'y consacrer un billet dominical... australien. 

vlcsnap-2014-10-26-16h55m17s222_zps37e7b05d.jpg

En six heures, The Code tisse une toile complexe dans laquelle vont tenter de se mouvoir des protagonistes qui ne seront guère ménagés tout au long de la série, se retrouvant pris dans des engrenages et des enjeux qui leur échappent. Le récit est dense, construit autour de plusieurs storylines parallèles, sans lien évident entre elles, mais qui sont destinées à se rejoindre et se répondre. Tout part d'une fuite gouvernementale mal orchestrée censée révélée une affaire de mœurs éclaboussant un homme politique. Une feuille de brouillon froissée, glissée dans le dossier, va pourtant conduire Ned Banks, un journaliste, bien au-delà de cette seule histoire : elle l'amène à s'intéresser à un mystérieux accident, impliquant deux adolescents aborigènes, qui s'est produit récemment dans un coin reculé du bush australien. Partant de là, la mini-série rassemble avec aplomb tous les ingrédients du thriller moderne, laissant entrevoir, au sein d'une démocratie australienne où la liberté d'information apparaît cadenassée au nom d'intérêts supérieurs, une face très sombre du pouvoir.

Déroulant une partition familière, entre recherche de sources, intimidations officielles et enquêtes de terrain, The Code ajoute une dimension particulière en y mêlant des problématiques liées à internet, du cyber-activisme jusqu'au contrôle même des informations et des documents mis en ligne sur le réseau. Le duo principal reflète ce parti pris narratif. Ned et Jesse Banks sont deux frères qui symbolisent les deux versants des quêtes d'exposition de la vérité aujourd'hui, à l'ère de WikiLeaks : l'un est journaliste, travaillant pour un site web d'informations, le second est un hacker, que le premier s'efforce -sans réussite- de tenir éloigner des ordinateurs. Ce sont donc des thématiques multiples que la mini-série est en mesure d'aborder. Si l'histoire est rondement menée, avec un dénouement cohérent où toutes les pièces réussissent à s'emboîter, l’œuvre a cependant le défaut de sa richesse : elle n'évite pas certains passages un peu brouillons, se dispersant parfois et ne liant pas toujours de manière maîtrisée tous les aspects qu'elle met en scène. Mais ces quelques flottements ne l'empêchent pas de rester efficace.

vlcsnap-2014-10-26-13h43m40s189_zpsd065ae25.jpg

La consistance de The Code s'explique notamment par son investissement dans ses personnages : cela lui confère une épaisseur qui dépasse la seule mécanique à suspense attendue d'un thriller. La mini-série propose en effet une galerie de protagonistes secondaires ayant leur propre part d'ambiguïté à démêler face aux événements, et se retrouvant contraints de prendre position. En outre, au cœur du récit, figurent deux frères très différents. La situation de crise qu'ils traversent va être l'occasion d'explorer la relation complexe, non dénuée d'ambivalence, qu'ils ont nouée, et les limites auxquelles son fonctionnement se heurte. Jesse est en effet atteint d'une forme d'autisme ; Ned a toujours pris sur lui de s'occuper de son frère. Si ce dernier est brillant derrière un écran d'ordinateur, il lui est beaucoup plus difficile de fonctionner en société. Entre Ned et Jesse, un lien de dépendance s'est forgé, chacun envahissant la vie de l'autre, sans être capable de s'épanouir dans la sienne. Les tensions sont fréquentes. Elles vont être exacerbées par l'engrenage dans lequel ils sont entraînés. En les poussant à bout, cette affaire les conduit à remettre en perspective leurs rapports et à s'émanciper, à leur manière.

Enfin, The Code dispose d'un dernier atout qui joue un rôle important dans l'immersion réussie du téléspectateur dans cet univers : la réalisation. Il s'agit en effet d'une mini-série à l'esthétique travaillée, visuellement très réussie. La caméra s'attache à mettre pleinement en valeur le cadre australien. Suivant une technique proche de celle adoptée au printemps dernier par The Gods of Wheat Street, également diffusée sur ABC1, la mini-série intègre, entre certains scènes, de courtes séquences de plans extérieurs dans lesquelles le paysage défile en time-lapse - nous égarant ainsi dans le bush australien, ou dans le ciel, entre couchers de soleil et étoiles. Ce travail d'ambiance, qui est sans doute à rapprocher de celui que maîtrisent à merveille les fictions scandinaves, donne un cachet supplémentaire à la fiction. À noter également, pour compléter ces efforts de forme, que la mini-série propose un vrai générique, au rythme nerveux, qui donne aussi très bien le ton. 

vlcsnap-2014-10-26-16h08m55s43_zpsa9a10758.jpg

TheCodePaysage6_zpsa08b48f3.jpg

vlcsnap-2014-10-26-10h02m07s126_zpsa9686c48.jpg
Thriller politico-médiatique efficace, The Code déroule une partition classique au genre, en prenant soin d'y intégrer des problématiques contemporaines concernant l'information, sa liberté et son contrôle, à l'ère d'internet, au sein de démocraties parfois bien promptes à sacrifier la liberté d'information -et d'autres droits de ses citoyens- au nom de supposés intérêts supérieurs. Un peu brouillonne à l'occasion, se dispersant, mais ne manquant pas de ressources, ni de thèmes à explorer, la mini-série se révèle dense et prenante. Et le voyage visuel qu'elle permet au sein du paysage australien achève de transporter le sériephile à l'âme voyageuse. À découvrir !

(Pour les lecteurs français, sachez que The Code est annoncée la saison prochaine sur Arte. Merci @Lordofnoyze pour l'information.)


NOTE : 7,25/10


La bande-annonce de la mini-série :

19/10/2014

(UK) Marvellous : sincérité et humanité pour un biopic inspirant

vlcsnap-2014-10-18-19h59m47s155_zps7bdf281d.jpg

Malcolm: How'd you wangle that?
Neil : I just asked.
Malcolm : You can't just get things by asking.
Neil : Can't you? I can.

On parle souvent du petit écran anglais pour ses séries, ses mini-séries... Sachez qu'il existe un autre format à ne pas négliger : les téléfilms. Et dans l'art des unitaires percutants qui savent se démarquer, BBC2 fait partie des chaînes à surveiller, à l'image, l'année dernière, du génial The Wiper Times ou encore de la genèse de Doctor Who retracée dans An Adventure in Space and Time. Cet automne, c'est une fiction également à part qui a été proposée aux téléspectateurs anglais le 25 septembre 2014.

Écrit par Peter Howker (à qui l'on doit notamment un autre OTNI du petit écran anglais, Blackpool),  Marvellous s'inspire d'une histoire vraie, la vie de Neil Baldwin (lequel effectue d'ailleurs plusieurs apparitions). Souffrant de troubles d'apprentissage, exclu très tôt du système scolaire, il est malgré tout toujours allé de l'avant, déjouant et dépassant les attentes pour réaliser ses rêves et vivre de ce qu'il aimait. On suit donc son parcours bigarré, d'une carrière de clown dans un cirque jusqu'à l'université de Keele, en passant par le club de football de Stoke City.

vlcsnap-2014-10-18-20h03m09s135_zpse9b1ceca.jpg

La séquence d'ouverture du téléfilm pose immédiatement le ton particulier que va adopter Marvellous. Rythmée par une chanson entraînante qu'entonne et joue un chœur, la jeunesse de Neil défile à travers quelques instantanés fondateurs, mêlant fiction tournée en noir et blanc et brèves images d'archive, de son exclusion de l'école à sa découverte du cirque ou à la naissance de sa passion pour le football grâce à sa mère qui l'emmenait voir les matchs. Durant l'heure et demie qui suit, l'unitaire va cultiver une sincérité d'écriture rare, aussi imperturbable que désarmante, qui résonnera durablement au plus profond du téléspectateur. Optant pour une sobriété bienvenue, sans excès de bons sentiments, ni approche manichéenne, c'est un récit parfaitement ciselé qui se déploie. L'impression d'authenticité demeure, notamment grâce à une tonalité non dénuée d'ambivalence, dans laquelle les limites et les difficultés auxquelles se heurte Neil ne sont jamais passées sous silence. Marquée par des passages dramatiques émouvants, mais aussi des moments drôles et légers, se dévoile avant tout une humanité qui touche en plein cœur et fait la force de cette œuvre.

Marvellous apparaît en fait comme une bulle d'air frais au sein du petit écran. Il y règne une sorte de dynamisme communicatif : l'espace d'un instant passé aux côtés de Neil (un Toby Jones magistral), tout semble possible. Du fait de sa condition, Neil aurait pu être destiné à une vie isolée, guère épanouissante, loin de ce qu'il aimait. Mais, avec un aplomb indéfectible, il a su aborder le quotidien d'une manière qui lui a permis de s'affranchir de tous les cadres dans lesquels il aurait dû se trouver limité et enfermé. Multipliant les contacts, il a réussi à nouer des liens bien au-delà de son seul entourage proche. Il a su faire confiance, compter sur les autres qui, même si beaucoup ont d'abord été perplexes, le lui ont souvent rendu. Il est aussi resté fidèle à lui-même, à sa franchise rafraîchissante comme à son art de faire rire les autres. Son attitude lui a ouvert des portes inattendues, lui permettant de dépasser toutes les attentes et de réaliser ses rêves. C'est sans doute aussi là que réside la clé de la magie de Marvellous : en nous entraînant dans le sillage de Neil, le téléfilm nous transmet une partie de l'état d'esprit qui le caractérise. L'impossible paraît soudain réalisable, les barrières se troublent... et c'est avec une énergie comme renouvelée que le téléspectateur ressort de cette heure et demie. 

vlcsnap-2014-10-18-21h05m19s60_zps8f0f757d.jpg
vlcsnap-2014-10-18-20h50m20s34_zpsf0465db0.jpg
Toby Jones et... le vrai Neil Baldwin

vlcsnap-2014-10-18-21h29m21s152_zps2acbd576.jpg

Dotée d'une écriture sincère et authentique, Marvellous propose un récit d'accomplissement, à l'humanité sobre et touchante, qui ne laisse pas le téléspectateur insensible. En ces temps où le cynisme et la noirceur paraissent plus porteurs dans le petit écran, voilà une œuvre qui cherche à inspirer et distille cette idée folle, aussi vertigineuse qu'entêtante, que les projets qui semblent les plus inaccessibles peuvent parfois se réaliser. Véritable antidote à tout blues d'automne, ce téléfilm a l'art de réchauffer les cœurs. Il est parfait pour accompagner une soirée qui s'annonçait morose : à découvrir !


NOTE : 7,75/10


La bande-annonce de cet unitaire :

12/10/2014

(Mini-série UK) The Driver : Another midlife crisis

The-Driver-poster-BBC-One-season-1-2014_zpsf2cf8ca2.jpg

En 1983, David Morrissey signait ses débuts à la télévision britannique dans une mini-série estivale intitulée One Summer. À ses côtés, on retrouvait notamment un autre jeune acteur en devenir, Ian Hart [pour les curieux : jetez un œil à cette vidéo entrecoupée d'interviews rétrospectives]. Trois décennies plus tard, toujours dans le petit écran anglais, l'année 2014 aura été, pour David Morrissey, synonyme de 'midlife crisis'. En janvier, c'était une romance inattendue, sur un train de banlieue, qui ébranlait son personnage. Cet automne, c'est plus qu'une simple crise conjugale qu'il traverse dans The Driver, également sur BBC1. Il y incarne un père de famille impuissant, assistant à l'implosion progressive de sa famille. Frustré face à cette situation qui lui échappe, il se laisse embarquer dans un engrenage dangereux par une vieille connaissance tout juste sortie de prison, interprétée par... Ian Hart. The Driver, c'est une miflife crisis, mais aussi une vraie boucle télévisuelle en clin d’œil.

vlcsnap-2014-10-08-20h34m07s11_zpsb6e4333a.jpg

The Driver s'ouvre sur une course-poursuite qui donne le ton et vise à distiller une tension sourde dans le récit. Jusqu'alors conducteur de taxi traité avec peu de considération par ses clients, Vince McKee décide de mettre ses talents au service d'un employeur d'un autre genre, un criminel avec qui il est mis en relation. Cette opportunité est non seulement pour lui une façon d'arrondir des fins de mois parfois difficiles, ayant notamment à la maison une adolescente exigeante, elle est surtout un moyen de rompre avec un quotidien à la morosité étouffante, donnant à Vince l'illusion de retrouver un semblant contrôle, de reprendre sa vie en main en décidant brusquement d'une nouvelle direction. Évidemment, il déchante vite. Être un simple conducteur ne fait pas moins de lui le complice des crimes perpétrés par la bande qu'il est censée accompagner. Rapidement, le voilà confronté à lui-même, à tous les principes qui l'ont défini jusqu'alors, lorsque la vie d'un homme se retrouve en jeu. Il lui faut faire des choix difficiles. Et les enjeux se compliquent un peu plus lorsque la police s'en mêle... Loin d'avoir renoué avec cette famille qu'il sentait lui échapper un peu plus chaque jour, il l'a en fait peut-être définitivement perdue.

La mini-série suit ainsi une construction relativement prévisible, de l'engrenage au brusque retour à une réalité qui se révèle encore plus douloureuse que la situation que Vince voulait laisser derrière lui. À la crise existentielle personnelle, se mêle également une crise familiale, plus latente, dont le scénario ne dévoile l'ampleur que progressivement. Tout cela donne un récit plutôt riche en thèmes à explorer, mais qui pèche en étant souvent trop brouillon. La direction narrative, hésitante, peine à trouver l'équilibre et le bon dosage entre les différents éléments de l'histoire relatée. La dynamique familiale, par exemple, aurait sans doute gagné à être plus explorée. Centrée sur son protagoniste principal, The Driver repose en grande partie sur la performance d'un David Morrissey impeccable. L'acteur se situe ici dans un de ses registres de prédilection, n'ayant pas son pareil pour incarner ces rôles un peu écorchés et impliquer le téléspectateur dans le sillage des errances et des dilemmes de son personnage. Il parvient d'ailleurs tout au long des trois épisodes à maintenir ce lien. Mais, en dépit du casting qui reste indéniablement le point fort de la mini-série, l'ensemble laisse l'impression d'un potentiel qui n'est pleinement exploité, à l'image d'une fin expédiée s'inscrivant en porte-à-faux de la tonalité ambiante...

vlcsnap-2014-10-12-16h40m36s176_zpsae94e1b3.jpg

Au final, The Driver peut mériter un détour pour ses jeux d'acteurs. Mais, malgré quelques bonnes idées et une ambiance sombre qui ressort bien par moment, la mini-série n'aura pas réussi à mener à bien, d'une manière complètement convaincante, la 'crise de la quarantaine' qu'elle ambitionnait de mettre en scène. Ce qu'avait su réaliser The 7.39, dans un tout autre style. 


NOTE : 6,25/10


La bande-annonce de la mini-série :

05/10/2014

(J-Drama / SP) Umoreru : Lanceur d'alerte... et après ?

vlcsnap-2014-10-04-17h24m34s221_zpsd32a96fc.jpg

Le 'lanceur d'alerte' trouve un écho particulier dans l'actualité de ces dernières années. C'est par définition une figure qui interpelle et ne laisse personne indifférent. Héros pour les uns, traître pour d'autres, il a mené un combat pour exposer une vérité au grand jour et faire cesser des agissements qui, à ses yeux, compromettaient l'intérêt de tous. Action menée avec plus ou moins de succès. Les récits sur le sujet s'arrêtent souvent à ce moment-là, sur cette fin qui n'en est pas vraiment une. Mais, se demanderont les plus curieux, une fois la tempête médiatique retombée, que devient celui par qui les révélations sont arrivées ? C'est sur cette question particulière de l'après, sans s’appesantir sur les dilemmes éthiques qui ont conduit le protagoniste principal à faire ses choix, que revient Umoreru, un tanpatsu qui a été diffusé le 16 mars 2014 sur la chaîne japonaise payante WOWOW. L'occasion d'un billet dominical asiatique.

vlcsnap-2014-10-04-17h20m40s179_zps342b168b.jpg

Umoreru suit le parcours introspectif de Kitami, ancien cadre dans l'industrie agro-alimentaire, ayant informé des journalistes de pratiques illégales au sein de sa société. Le récit prend immédiatement à rebours celui qui attendrait la célébration d'un redresseur de torts et une vérité triomphante. Il est au contraire chargé d'incompréhensions, d'amertume, de regrets et d'interrogations, lesquels sont partagés avec un téléspectateur invité à la réflexion aux côtés de ce personnage principal en plein doute. Car le résultat de la mise en accusation médiatique n'a guère été probant : des dirigeants s'excusant jamais inquiétés réellement, 120 employés de la société sous-traitante sacrifiés comme boucs-émissaires, et un ami proche l'ayant aidé lui-aussi remercié... Poussé à la démission, Kitami doit faire face à des conséquences et un prix à payer qu'il n'avait jamais envisagés. Il pensait au droit du consommateur anonyme et voilà que, bien plus concrètement, sa fille est persécutée à l'école par des camarades lui reprochant l'attitude de son père. Sa famille éclate dans les mois qui suivent. C'est finalement un jeune divorcé que l'on suit, quittant Tokyo et toutes ces turbulences, pour un emploi à temps-partiel dans la mairie de sa petite ville d'origine.

Umoreru s'articule autour d'une confrontation permanente entre les valeurs (de justice, de vérité) auxquelles Kitami se veut fidèle et le poids d'un conformisme rigide prôné par une société qui encourage à se fondre dans la masse et à ne pas se détacher du groupe (au travail, comme ailleurs). La fiction interroge sur le corporatisme, sur ses limites éventuelles, mais aussi sur l'impact que l'on peut avoir en agissant de l'intérieur d'une institution... Il faut dire que l'exil de Kitami n'a pas l'effet escompté, puisque son nouveau cadre de vie soulève des dilemmes pas si différents de ceux de la capitale : le fonctionnement de la mairie dans laquelle il échoue se révèle en effet loin d'être exempt de reproches. Les deux premiers tiers du tanpatsu retranscrivent donc, avec une certaine finesse et une ambivalence bien dosée, tous les doutes qui jalonnent la trajectoire personnelle d'un personnage chez qui tous ces événements produisent une logique remise en cause. Loin de toute évidence héroïque et de toute lecture manichéenne, l'angle choisi encourage au contraire la réflexion. Cependant, Umoreru ne parvient pas à maintenir son juste dosage jusqu'à la fin. Il dévie de la problématique initialement posée quand il se rapproche de sa conclusion, réduisant soudain ses enjeux à une quête de la vérité qui s'est greffée au fil du récit dans la vie personnelle de Kitami. Les ultimes tournants amoindrissent quelque peu la portée d'un ensemble dont les nuances avaient été jusqu'alors préservées.

vlcsnap-2014-10-04-18h59m04s64_zps403d8753.jpg
vlcsnap-2014-10-04-20h14m21s200_zpsb1e8ced7.jpg

Doté d'une réalisation soignée, Umoreru reste un tanpatsu intéressant à plus d'un titre, interrogeant notamment sur les arbitrages difficiles entre intérêts général, collectif et personnel. De plus, par son traitement même d'un tel sujet et les choix que le scénario fait, il apparaît aussi comme un révélateur assez marquant des mécanismes sociaux et du poids du conformisme dans ce cadre japonais qui est le sien. Cet unitaire, à sa manière, encourage également à maintenir une certaine distance critique avec l'ensemble, avec un téléspectateur impliqué au plus près des réflexions du protagoniste principal.

En résumé, une curiosité du petit écran japonais à plus d'un titre, et qui dure moins de deux heures. Avis aux amateurs.


NOTE : 7/10