Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2015

[Divers #3] Des séries à venir

Difficile de rédiger une "semaine en séries" quand on n'a pas eu l'occasion de regarder un seul épisode de série de la semaine. Au lieu de ressasser sur le temps qui file sans marquer la moindre pause, tournons-nous donc vers l'avenir. Il faut dire que dimanche prochain (15 février) débutera sur BBC1 une mini-série en 3 épisodes, adaptée d'un roman de J. K. Rowling, The Casual Vacancy (Une place à prendre, en version française) et qui est coproduite par la BBC et HBO. À défaut d'avoir lu le livre, je serai devant mon petit écran pour le casting rassemblé pour l'occasion (notamment pour Keeley Hawes - dont le Telegraph publiait une sympathique interview dimanche dernier).

En attendant, la bande-annonce de The Casual Vacancy :

01/02/2015

[Divers #2] Une semaine en séries : The Americans, Banana & une fin de week-end en musique


Poursuivons pour ce week-end (et peut-être encore pour le prochain) la nouvelle rubrique "Divers". Qu'est-ce qui a marqué ma semaine sériephile ?


TheAmericans_zps88aebe0f.jpg


Mon événement sériephile de la semaine était le retour de The Americans aux États-Unis. La deuxième saison avait su complexifier à merveille l'univers de la série, entremêlant toujours plus les loyautés pour mieux les briser, tout en rappelant durement aux Jennings qu'aucune frontière n'existait entre le monde létal de l'espionnage auquel ils appartenaient et le cocon familial qu'ils avaient créé, ce fameux alibi initial dont le statut demandait plus que jamais à être défini. La troisième saison démarre dans la continuité directe des dilemmes sur lesquels la série nous avait quitté. Elle nous montre à nouveau que le danger est toujours là, permanent, capable de surgir sans prévenir au détour d'une soirée a priori anodine. Dans leur rôle d'espions, comme dans leur rôle de parents, les Jennings sont contraints de prendre, dans la précipitation, diverses décisions, peut-être déterminantes, jamais pleinement satisfaisantes, arbitrant tant bien que mal leurs priorités. La manière dont l'épisode souligne la précarité de leur situation apparaît comme un écho au contexte géopolitique qui voit l'URSS s'embourber en Afghanistan. À toutes ces tensions internes au bloc russe, qui contraignent les agents à prendre plus de risques pour mettre la main sur des informations vitales, s'ajoutent celles inhérentes à cette famille atypique où trop de choses demeurent irrésolues. Elizabeth et Philip n'ont jamais été totalement en phase sur ces questions ; confrontés à de nouveaux choix, les voilà pris dans une situation difficile à dénouer, qui dépendra sans doute aussi beaucoup de Paige. J'ai hâte de découvrir la suite.

vlcsnap-2015-02-01-20h44m27s232_zpse5469fdf.jpg


Pour le deuxième événement de la semaine, retraversons l'Atlantique. Seize ans après Queer as Folk, Russell T. Davies est revenu à la télévision britannique, en ce mois de janvier, avec deux nouveautés : Cucumber et Banana. Diffusée sur C4, Cucumber suit Henry, un quadragénaire qui voit le (relatif) calme de sa vie conjugale avec Lance bouleversé par différents événements. Banana, à destination d'un public plus jeune sur E4, propose plusieurs histoires courtes, indépendantes, s'inscrivant dans l'univers créé par Cucumber et jetant un éclairage sur d'autres protagonistes. La diffusion en parallèle de ces deux séries, avec la complémentarité permise par le double visionnage, est vraiment une intéressante expérience narrative. Le téléspectateur mesure ainsi comment un même thème peut être exploré et décliné à travers des tonalités et des approches différentes. Par-delà ces jeux d'écriture, je voudrais saluer cette semaine le deuxième épisode de Banana. En moins d'une demi-heure, il nous relate l'histoire de Scotty, une jeune lesbienne qui tombe éperdument amoureuse d'Yvonne, une femme mariée croisée dans le supermarché où elle travaille. C'est une passion soudaine qui surgit, aussi incontrôlable qu'incontrôlée. Elle ébranle la jeune femme, l'entraînant sur une dangereuse pente obsessionnelle qui menace de la perdre. Ce récit aurait pu prendre une tournure inquiétante, dramatique. Il se révèle avant tout simple et touchant, juste ce qu'il faut. Il émane de l'ensemble une sincérité surprenante, étrangement désarmante, portée par une écriture bien dosée et qui sonne juste. L'interprète de Scotty, Letitia Wright, capture parfaitement son personnage. Un épisode qui réussit donc à faire vibrer une corde sensible enfouie dans le cœur du téléspectateur - et c'est déjà beaucoup.
 


Enfin, pour terminer le week-end sur une note musicale, je vous laisse avec un petit extrait de la soundtrack de Banana qui ne manque pas de chansons parfaitement choisies. My Hands, par Grey Reverend :

25/01/2015

[Divers #1] Une semaine en séries : Wolf Hall, Blogosphère sériephile & Musique


Pour les semaines où je n'ai le temps ni de regarder des séries, ni de rédiger un long billet, voilà inaugurée aujourd'hui une rubrique "Divers" dans laquelle auront vocation à être rassemblés les billets des quelques dimanches de l'année où aucune review ne pourra être publiée. Ce sera l'occasion de revenir pêle-mêle sur divers éléments sériephiles de la semaine, tout en donnant quelques nouvelles et en respectant le rendez-vous dominical.

Pas mal de choses à dire côté nouveautés en Angleterre en ce moment. Si je n'ai encore eu le temps de jeter un oeil à Cucumber, la nouvelle série de Russell T. Davies, je retiens de ces derniers jours les débuts de Wolf Hall. Cette mini-série historique, adaptation des livres de Hilary Mantel, entraîne le téléspectateur dans le sillage de Thomas Cromwell, à la cour de Henri VIII. Le premier épisode est très prometteur : il pose parfaitement l'ambiance, esquisse des enjeux denses et, surtout, présente un Cromwell des plus intrigants. Sans précipitation, ni artifice, tout se met en place avec un juste dosage dans les tonalités. La réalisation, confiée à Peter Kosminsky (Warriors, The Project, The Promise), est immersive, bien accompagnée par une superbe bande-son. Le casting, mené par Mark Rylance, et au sein duquel on retrouve aussi Damian Lewis (dans le rôle de Henri VIII) ou encore Claire Foy (Anne Boleyn), s'annonce des plus solides. Tous les ingrédients semblent donc réunis pour réussir une très intéressante série historique, avec une toute autre approche du récit que celle proposée par The Tudors il y a quelques années sur Showtime. A surveiller.

Pour vous faire une idée, la bande-annonce :

 

L'autre élément que j'aimerais signaler nous vient de la blogosphère sériephile. Les lecteurs réguliers du blog le connaissent certainement : Greg a partagé au fil des ans nombre de découvertes internationales de séries méconnues, à travers les commentaires qu'il a pu laisser sur ce blog (c'est par exemple grâce à lui que j'ai découvert l'an dernier la soviétique Seventeen Moments of Spring). Il a très récemment ouvert un blog intitulé Tant de saisons.... Une lecture recommandée à tous les sériephiles curieux, amateurs de voyages par le petit écran et de petites perles, anciennes ou plus récentes, qui gagnent à être connues. En guise d'illustration, je vous conseille par exemple la lecture de son dernier billet, portant sur une série pakistanaise de 1998 : Alpha Bravo Charlie. Donc, à vos favoris!


Enfin, en guise de bonus, pour conclure ce dimanche sur une touche musicale, restons aux couleurs de Wolf Hall. Laissez-vous entraîner par cet extrait de la soundtrack de la mini-série - Cromwell's Theme - qui résonne dans mes oreilles depuis hier soir :

18/01/2015

(UK) Miranda : it has been "such fun" (et plus encore) !

vlcsnap-2015-01-18-15h41m27s204_zps6ff43610.jpg

Chaque épisode de Miranda s'ouvre par une scène au cours de laquelle l'héroïne s'adresse directement aux téléspectateurs derrière leurs écrans. Ces brefs monologues face à la caméra oscillent entre clins d’œil, humour et rappel de certains événements pour introduire le thème du jour. En brisant ainsi d'entrée le quatrième mur -et en n'hésitant pas à réitérer l'exercice en cours d'épisode-, Miranda réussit quelque chose de précieux : elle établit instantanément une proximité et une complicité avec le téléspectateur, qu'elle continuera ensuite de cultiver.

Partant sur ces bases, regarder un épisode de cette série est une expérience sériephile à part. Le secret de Miranda ? Non seulement savoir faire rire aux larmes un téléspectateur entraîné dans cet ensemble coloré et animé, mais aussi permettre d'éteindre son petit écran avec un sourire obstinément accroché aux lèvres et le cœur un rien plus léger. Débutée en Angleterre fin 2009 sur BBC2, Miranda s'est achevée le 1er janvier 2015 sur BBC1, après trois saisons et deux épisodes spéciaux. L'occasion aujourd'hui de saluer une comédie dont on ressort toujours revigoré.

vlcsnap-2015-01-18-15h48m57s96_zps659a995f.jpg

Miranda est une œuvre burlesque et chaotique, agrémentée d'un petit grain de folie assumé. La série repose d'abord sur la personnalité de son héroïne. Déjouant et échappant aux codes sociaux qui l'étouffent, reine des maladresses qu'elle commet invariablement en tout type de situations -a fortiori si elle est dès le départ mal à l'aise-, Miranda est aussi quelqu'un d'extrêmement enjoué qui cherche toujours à préserver une imagination débordante qu'elle n'hésite pas à porter à l'écran par mille et une excentricités. Avec son sens de l'humour décalé -qu'elle partage avec joie avec le téléspectateur- et ses illusions qu'elle chérit, elle a l'art d'introduire une touche de fantaisie permanente dans son quotidien. Pour autant, la série ne se réduit pas un simple one-woman show, car l'entourage de Miranda joue également un rôle important dans la dynamique ambiante. Parmi les rôles clés, il y a sa mère, intrusive, décidée à marier sa fille coûte que coûte, avec laquelle Miranda ferraille tout en finissant invariablement par se laisser entraîner dans ses plans. Il y a aussi Stevie, meilleure amie et complice revendiquée, avec qui elle gère son magasin. Il y a enfin Gary, qui tient le restaurant d'à côté. Miranda et Gary, c'est une longue histoire, pleine de faux départs et de déraillements intempestifs, de mauvais timing perpétuels, dont l'issue -malgré toutes les dérobades- semble cependant toute tracée.

Jouant sur des ficelles simples et toujours très directes, ne reculant jamais devant le ridicule, favorisant tout autant les blagues de son héroïne tombant dramatiquement à plat que les jeux de mots inspirés, Miranda n'hésite pas non plus à abuser de running-gag à l'efficacité jamais démentie, tout en étant capable de construire des demi-heures tout en escalade, où l'on atteint en fin d'épisode des explosions proprement jubilatoires. Si elle est une comédie rare, c'est en premier lieu parce qu'elle est capable de -littéralement- faire rire aux larmes un téléspectateur surpris de s'être laissé happer avec tant d'entrain par cet ensemble. Mais si elle suscite tant d'affection, c'est aussi parce que son propos va au-delà du seul cadre de l'humour. Car derrière son vernis, tour à tour farfelu, vaudevillesque, ne souhaitant pas faire dans la finesse (et qui pourra rebuter certains), Miranda est aussi une série sur l'affirmation de soi, sur l'importance de préserver qui l'on est, peu importe que l'on rentre dans les cases pré-établies et attendues de la société. L'ultime épisode reflète parfaitement cet autre récit qui se déploie en filigrane, avec une Miranda qui s'accepte et, en un sens, grandit, assumant qui elle est et ce qu'elle veut faire de sa vie. Il est impossible d'y rester insensible. Quelque part, au milieu de tous ces fous rires qu'elle a su si bien déclencher, Miranda est une série qui a touché et interpelé grâce à un propos bien plus riche qu'il n'y semblerait au premier abord. Une fiction que d'aucuns qualifieront -avec justesse- de vitale et nécessaire, à plus d'un titre.

vlcsnap-2015-01-18-15h50m35s52_zpse83e0003.jpg
vlcsnap-2015-01-18-15h49m36s236_zpsa2cde9cf.jpg
vlcsnap-2015-01-17-22h20m09s64_zpsfba8f230.jpg

Souvent burlesque, toujours décalée, invariablement sincère jusque dans ses excès, Miranda est une comédie un peu à part, à l'écriture très personnelle. Miranda Hart réussit non seulement à proposer une série qui parvient à faire rire aux éclats le téléspectateur, mais elle sait aussi susciter un attachement profond, presque plus que de raison, à l'univers créé et à toute cette galerie de personnages. Elle offre ainsi une demi-heure, garantie anti-blues, et une fiction à consommer sans modération.


NOTE : 8/10

11/01/2015

[Blog] Cet après-midi, je n'ai pas écrit. J'ai marché.

D'habitude, le dimanche vers 15h, je mets de côté le travail, j'ouvre une page blanche et me lance dans la rédaction du billet dominical devant être publié quelques heures plus tard.

Cet après-midi, je n'ai pas écrit. J'ai marché.

Gre_zps5381b365.jpg

Je vous dis donc à dimanche prochain pour une (vraie) review.

19:34 Publié dans (Blog) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog |  Facebook |