09/01/2010

(UK) Survivors : l'après du scénario catastrophe d'une pandémie meurtrière (Bilan, saison 1)

survivors1.jpg

A partir de ce mardi 12 janvier 2009, NRJ12 entame la diffusion d'une série britannique à la thématique bien ancrée dans l'air du temps : et si la quasi-totalité des habitants de la Terre succombait à un virulent virus grippal ? Il ne s'agit pas du scénario catastrophe du ministère de la santé concernant la grippe A, mais du concept de départ de cette fiction britannique, dont la saison 1 a été diffusée en décembre 2008 sur BBC1 (donc, antérieurement au contexte grippal de 2009). Hasard du calendrier, la saison 2, comportant six épisodes, débutera en Angleterre ce même mardi 12 janvier.

Après un pilote implacable nous relatant la rapide progression inéluctable de la pandémie et ses conséquences bouleversantes, éradiquant 99% de l'humanité, Survivors se concentre ensuite sur un groupe de survivants, qui se retrouvent livrés à eux-même dans des villes désertées, où les structures et institutions sociales, mais aussi tout le confort moderne, ont été balayés par l'épidémie. Survivors est en fait un remake d'un classique de la télévision britannique : une série diffusée de 1975 à 1977 outre-Manche. Les téléphages y retrouveront de nombreuses têtes connues, habitués (avec plus ou moins de réussite) du petit écran anglais, tant dans le casting principal (Julie Graham, Max Beesley, Paterson Joseph, Zoe Tapper, Phillip Rhys), que dans les guest-stars (Freema Ageyman, Nikki Amuka-Bird).

survivors7.jpg

Se situant dans un créneau post-apocalyptique que l'on pourrait rapprocher éventuellement, dans le paysage téléphagique de ces dernières années, d'une série comme Jericho, la saison 1 de Survivors laisse dans l'ensemble une impression très mitigée. Le potentiel d'un tel scénario est évident ; mais si s'esquissent quelques éléments intéressants à creuser, dans l'ensemble, la série souffre du manque d'ambition de ses scénaristes, qui choisissent de se reposer uniquement sur le concept fort et très spécifique de cette fiction, sans prendre la peine de se réapproprier ce cadre, d'atteindre la pleine envergure que l'on serait légitimement en droit attendre d'une telle idée. La vie d'après la pandémie se voit ainsi réserver un traitement scénaristique qui n'offre aucune surprise. En résulte des intrigues trop classiques, des enchaînements de clichés, parfois divertissants, parfois indigestes, et une frustration qui ne quitte pas le téléspectateur tout au long du visionnage. L'écriture est très aseptisée, quasi-linéaire, ne prenant jamais de risques.

survivors2.jpg

L'aspect marquant, sans doute le plus réussi, de Survivors se résume en fait à son pilote, une efficace fiction catastrophe, à la fois divertissante et glaçante, exploitant tous les poncifs du genre, de façon assez prenante. On assiste à la plongée progressive de l'Angleterre dans le chaos, le pays cessant peu à peu de fonctionner, paralysé par la brusque pandémie. Les institutions officielles, dépassées, n'ont rien anticipé et vont être frappées de plein fouet, de la même manière que le reste de la population. Car la prise de conscience de la gravité de la situation, par le gouvernement comme par les citoyens, ne va intervenir que sur le tard, alors que la bataille contre l'épidémie est déjà perdue, l'issue fatale étant désormais inéluctable. Le pays entier sombre et se dissout en quelques jours... A travers le suivi du destin de quelques personnes, le téléspectateur se familiarise avec les futurs survivants et leurs tragédies personnelles.

survivors3.jpg

Puis, la série s'ouvre alors sur une nouvelle ère, le "jour d'après". Les villes, cadres de civilisation par excellence, sont devenues froide et vides. Les cadavres, que l'on devine ou l'on croise, pourrissent derrière les murs des bâtiments, laissant les survivants à la merci de nouvelles épidémies. Il n'y a plus aucun mouvement, plus aucune vie. Ce désert civilisé, ruines béantes d'une société qui n'est plus, génère une sensation pesante, particulièrement forte. Les scénaristes n'ont aucun souci pour jouer sur les symboles dans la mise en scène de ce point de départ glaçant, dans l'ensemble très efficace.

Cependant, c'est ensuite que cela se corse et que Survivors peine à tenir les promesses qu'elle a fait naître. Il va falloir décrire le nouveau mode de vie des rares survivants, des derniers êtres humains qui errent, sans but, au milieu de ce théâtre de tragédie. Chacun se retrouvant isolé, séparé des siens qui sont morts ou disparus, un groupe d'individus très hétéroclyte se forme, suivant le premier principe de survie : l'union fait la force. Il offre une galerie de personnages très différents, mais qui ne vont jamais dépasser les stéréotypes qui leur sont assignés. Trop unidimensionnels, dotés de personnalité sans nuance, on peine à s'attacher à leur sort. Au fil des épisodes, alors même que l'histoire progresse, aucun ne parvient à prendre une réelle dimension, manquant désespérément d'épaisseur.

survivors4.jpg

Si ce n'est donc pas du côté de ses protagonistes que Survivors va trouver le salut, son exploitation du grand concept de départ va se révéler également laborieuse. Il faut reconstruire une organisation sociale permettant aux derniers représentants de l'espèce humaine d'assurer leur survie. Plusieurs systèmes sont proposés, très différents : de la tendance tyrannique et liberticide d'une des dernières officielles de l'ancien gouvernement britannique jusqu'à des propositions de libre association plus souple. Mais la série, refusant d'introduire toute subtilité, ne prend jamais le temps de s'interroger réellement sur ces diverses options et leur finalité, restant trop souvent dans l'exposition caricaturale.

Enfin, le dernier fil rouge le plus affirmé laisse pour le moment le téléspectateur sur sa faim : il s'agit du développement d'une véritable théorie du complot, amenant à s''interroger sur l'origine du virus, une origine humaine qui implique que la pandémie est une conséquence du travail de scientifiques. Le téléspectateur a ainsi droit à quelques scènes entourées de mystère dans un laboratoire caché.

survivors5.jpg

Bilan : La saison 1 de Survivors s'avère être de facture très (trop) moyenne. Insuffisamment ambitieuse, en dépit de son fort concept de départ ; trop timorée pour oser prendre le moindre risque dans son écriture qui manque de subtilité, elle ne laisse qu'entre-apercevoir un potentiel bien présent mais qui n'est pas exploité. La série ne répond pas aux attentes que son pilote efficace avait fait naître chez le téléspectateur. Elle s'inscrit un peu dans la lignée de ces séries au synopsis de départ intriguant, mais qui ne parviennent pas à relever le défi de le faire vivre sur le long terme. Sa durée brève (six épisodes) peut cependant lui permettre de bénéficier de la patience du téléspectateur qui n'attendrait d'elle qu'un divertissement post-apocalyptique. Mais dans l'ensemble, cela reste une série très dispensable.


NOTE : 4/10


La bande-annonce de la saison 1 (VO) :

Commentaires

Perso, j'ai même pas eu la patience de finir cette saison 1. Je me suis ennuyé la plupart du temps ... Heureusement qu'il y avait Paterson Joseph (je l'adooore).

Écrit par : Zoute | 09/01/2010

Répondre à ce commentaire

J'aime en général également bien Paterson Joseph. ^_^
Mais j'avoue que dans Survivors, les acteurs, lui compris, semblent un peu perdus, ou du moins pas franchement convaincus par ce qu'ils font... Cependant, c'est peut-être une conséquence du manque de subtilité de l'écriture.

Écrit par : Livia | 10/01/2010

Répondre à ce commentaire

Le pilot m'avait vraiment bluffer mais après la série patauge dans des intrigues convenues.
J'étais effectivement déçu que mise à part la mère à le recherche de son fils aucuns des protagonistes dit principal n'est la droit à un traitement correct.

Mais comme tu le souligne avec 6 épisodes on tiens quand même puisque l'investissement n'est pas trop grand ni trop long et le cliff de fin de saison me titille suffisamment pour que je sois curieuse de la suite.

Écrit par : skyangel | 11/01/2010

Répondre à ce commentaire

j'hésite à regarder ce soir le pilot parce que les séries post apocalyptique ne m'ont jusqu'ici pas emballée et encore moins Jericho, qui était intéressant au départ mais qui finit par s'enfoncer dans des méandres scénaristiques et à tourner en rond, j'ai abandonné la diffusion! peut être que je regarderais le pilot et que je m'arrêterais là...

Écrit par : Trillian | 12/01/2010

Répondre à ce commentaire

Entre Jericho et Jeremiah (et qualitativement, c'est bien sa place), j'avoue qu'effectivement, ça manque un peu de truc plus original. On nous sert les poncifs du genre (dont le truc du laboratoire... Mon dieu, je pensais y échapper au moins ici... -__- ). Bon, j'ai quand même accroché à Al et Najid au moins. C'est convenu et tout, mais je les aime bien.

Écrit par : Nakayomi | 28/01/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire